Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Points de vue

Points de vue

En cette semaine pascale, alors que nous nous souvenons, en tant que chrétiens, du geste dramatique et généreux du Christ, l'actualité vient nous frapper, émotionnellement mais aussi salutairement. Dieu parle encore. Nous devons l'entendre encore.

Doit-on s’attendre à un « big bang bioéthique » en 2018 ? L’ouverture, le 18 janvier dernier, des « Etats généraux de la bioéthique » promet des débats publics passionnés sur plusieurs sujets sensibles, comme la fin de la vie, l’expérimentation sur les embryons ou la Procréation Médicalement Assistée.

La problématique de la bioéthique est présente depuis un peu plus de vingt ans dans les discussions entre médecins, juristes, hommes politiques, religieux et journalistes qui tentent d'analyser les conséquences sociales, juridiques, morales et culturelles de l'évolution des pratiques médicales sur le corps humain.

De la modestie en éthique : faire le choix d'une juste attitude, c'est difficile !

«Ma conscience est captive de la Parole de Dieu. Je ne peux ni ne veux me rétracter en rien car il n’est ni sûr ni honnête d’agir contre sa propre conscience.»

Malgré de timides réserves, notamment quant à « l’impossibilité de s’appuyer sur des recherches académiques fiables, entre autres sur le devenir des  enfants élevés dans différents types de familles », le Conseil Consultatif National d’Ethique (CCNE) propose d’ouvrir l’Insémination Artificielle avec Don de sperme (IAD) aux femmes seules et aux couples de femmes.

Au rythme d’une comparution immédiate, un professeur des écoles a été sévèrement sanctionné par sa hiérarchie pour avoir lu des extraits de la Bible dans sa classe de CM1 et CM2.

Page 1 sur 6