Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Solidarité

Solidarité

dimanche, 24 juin 2018 00:00

Les esclaves du XXIe siècle

Longtemps pensé comme une évidence, l’esclavage a progressivement été aboli. Des premiers mouvements abolitionnistes en Europe dès le milieu du XVIIIe, en passant par l’un des objectifs prioritaires de la création du Parti républicain en 1854 et aux vicissitudes d’Abraham Lincoln déterminé à en triompher, au début du XXesiècle l’esclavage était interdit dans la plupart des Etats.

Près de 69 millions de personnes ont été chassées de chez elles par la guerre, la violence et la persécution en 2017, ce qui constitue un nouveau record pour une cinquième année consécutive, a annoncé mardi l’agence onusienne des réfugiés.

Ce 15 mai, le Comité consultatif national d’Ethique (CCNE) a remis son avis sur les enjeux liés au vieillissement. Redéfinition de la protection sociale, nouvelles formes de solidarité… les évolutions sont tant sociétales que politiques.

40 millions de personnes sont en état d'esclavage moderne, dont "25 millions" en situation de travail forcé selon Sylvie O’Dy, présidente du Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), au jour du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage.

En 1848, la France abolit l’esclavage. 170 ans plus tard, l’esclavage existe toujours. Les esclaves modernes sont invisibles aux yeux de la société. Et les moyens de lutte sont encore limités. Entretien avec la présidente du comité contre l’esclavage moderne, Sylvie O'Dy.

jeudi, 03 mai 2018 00:00

La vulnérabilité est universelle

ENTRETIEN. Philosophe, Corine Pelluchon s’intéresse notamment à la vulnérabilité. Éclairant le sens de cette fragilité commune, elle invite à construire une éthique de la considération. Notre société, développe la philosophe, doit faire de la place aux personnes handicapées, mais surtout leur permettre de choisir celle qu’elles désirent occuper.

Page 1 sur 7

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.