ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Bioéthique

Bioéthique

Commentaire du CPDH :

La méthode CRISPR constitue une avancée majeure de notre siècle, mais pose de réelles questions éthiques. L'homme ayant aujourd'hui la capacité de couper et de reprogrammer l'ADN de n'importe quel être vivant, il est urgent de poser un cadre juridique contraignant sur ce qui est autorisé ou non.

Commentaire du CPDH :

Le philosophe Michel Lhomme retrace de façon résumée le parcours « historique » qui mène la France de la loi de « mariage et d'adoption » pour tous, à la revendication de « PMA pour toutes » et de « GPA pour tous ». L'auteur s'interroge avec raison sur la logique juridique des « progressistes » et, pour lui, il s'agit tout bonnement de passer des droits classiques de l'Homme, qui étaient « les droits de » (de se réunir, de penser …) à « des droits à… », y compris désormais, à un droit à filiation.

La pénurie de spermatozoïdes menace en cas d’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes.

Deux groupes de chercheurs du MIT et de Harvard ont fait un pas en avant dans la modification de l'ADN pour guérir les maladies génétiques. Pour autant remplir la promesse de bientôt guérir plus de 15 000 de ces maladies paraît plutôt ambitieuse.

Cette technique permet aux femmes de congeler leurs ovules fertiles lorsqu'elles sont jeunes pour augmenter leurs chances de grossesse plus tard. En France, l'autoconservation des ovocytes est autorisée uniquement pour des raisons médicales ou lors d'un don d'ovocytes.

La société américaine Editas« spécialisée dans le développement de thérapies recourant à l’édition du génome » doit « montrer que ses ciseaux moléculaires [CRISPR Cas9] sont suffisamment perfectionnés pour pouvoir lancer des essais cliniques sur l’homme ».

Page 1 sur 67

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.