Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 20 février 2018 00:00

Des cellules humaines dans des embryons de moutons, mais pour quoi faire ?

Écrit par 

Les chercheurs qui ont réalisé ce mélange comptent contribuer à pallier la pénurie de donneurs d’organes et, à terme, guérir le diabète de type 1.

Une (infime) proportion de cellules humaines implantées dans un embryon de mouton. Annoncée ce lundi, cette expérience, réalisée avec succès par une équipe de scientifiques suscite un grand espoir pour la médecine mais pose aussi des questions éthiques.

Cette nouvelle avancée a été annoncée dimanche, lors d’une réunion de l’Association américaine pour la promotion de la science (AAAS), à Austin, au Texas. L’an dernier, des chercheurs du Salk Institute, en Californie, avaient déjà annoncé les premiers embryons hybrides « homme-cochon », mais l’expérience avec les moutons est plus prometteuse.

Pourquoi ?

L’intérêt de faire prospérer des cellules humaines dans le corps d’une autre espèce est à terme de pouvoir transplanter des organes provenant d’animaux chez des humains. Et ainsi de pallier la pénurie d’organes : avec les progrès de la médecine, les demandes de greffes augmentent plus vite que le nombre de donneurs. Au 1er janvier 2016, en France, 14 471 patients étaient inscrits en liste d’attente d’un organe, un chiffre en perpétuelle augmentation. Entre 400 et 600 personnes inscrites sur cette liste décèdent chaque année dans notre pays, la majorité d’entre eux ayant attendu en vain un rein ou un foie.

  Source: leparisien.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.