ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Technologie

Technologie

Il est étonnant que le professeur de philosophie Jocelyn Maclure, responsable d’une réflexion dite éthique sur ce qu’on appelle fallacieusement « l’intelligence artificielle », ne commence pas par soulever le problème éthique de la dénomination même de cette matière morte produite en laboratoire (« Montréal peut être à l’avant-garde de la réflexion éthique sur l’intelligence artificielle », Le Devoir, 2 novembre 2017).

Appelez ça l’eugénisme 2.0. Au fur et à mesure que les scientifiques recueillent des masses de données ADN et que les techniques d’IA parviennent à mieux les analyser, les chercheurs peuvent de plus en plus discerner sur un futur adulte issu d’un embryon.

Les robots doivent-ils avoir des droits? Quelle est la responsabilité des intelligences artificielles ? Les multiples usages de l'intelligence artificielle bousculent le cadre juridique actuel.

Commentaire du CPDH :

Après que le robot humanoïde Sophia ait reçu la citoyenneté, en Arabie Saoudite, l'avocate Gabrielle de Loynes nous livre sa réflexion sur le transhumanisme. « Si la robotisation peut être un signe de progrès : prothèses, conquêtes spatiales, robots domestiques… elle peut également véhiculer les plus grandes dérives de notre société. Ainsi, émergent des créatures à notre image mais esclaves de nos fantasmes les plus fous » … A lire !

lundi, 30 octobre 2017 00:00

Transhumanisme, à côté du bonheur

Commentaire du CPDH :

Guillaume Van Der Weid est philosophe et enseignant à Sciences-Po, spécialiste des questions éthiques. Il intervient régulièrement dans le secteur médical.
Il nous livre ici une réflexion très intéressante sur les finalités du « transhumanisme » en posant finalement une question simple : être plus fort nous rend-il plus heureux ?

Commentaire du CPDH

Le débat sur la PMA sans père n'est pas sans lien avec le transhumanisme. A force de vouloir transcender l'homme, la science a créé une nouvelle religion de tous les possibles : le transhumanisme. Oubliant la transcendance, l'homme se fait donc disciple de la science et de la technologie, un maître sans morale ni éthique mais avec pour seule préoccupation la performance. Jusque dans notre intimité la plus profonde - la procréation - la technologie s'invite pour assouvir les désirs égoïstes des adultes. L'Homme se prend alors pour une machine comme une autre. Article très intéressant sur la parution du Père jésuite Xavier Dijon

Page 1 sur 18

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.