Instruction en famille - Le Conseil d’État a déclaré l’inconstitutionnalité de l’article 21 avant de se rétracter

Instruction en famille - Le Conseil d’État a déclaré l’inconstitutionnalité de l’article 21 avant de se rétracter
Publié le
June 1, 2021

Suppression de l’instruction en famille : comment le Conseil d’État a déclaré son inconstitutionnalité… avant de se rétracter

EXCLUSIF – Un projet de rapport du Conseil d’État, auquel Le Figaro a eu accès, concluait à l’inconstitutionnalité de cet article controversé du projet de loi «séparatisme» (…) Un revirement qui interroge les défenseurs de l’école à domicile.

L’article très controversé du projet de loi sur le «séparatisme» concernant la suppression du libre choix de l’instruction en famille avait été supprimé en commission par le Sénat le 19 mars dernier. Or, cet article 21 sur l’instruction en famille (IEF) risque d’être réintroduit dans le projet de loi en seconde lecture, lors de la commission spéciale de l’Assemblée nationale qui doit se réunir du 7 au 10 juin prochains. Il prévoit la scolarisation obligatoire en établissements pour tous les enfants dès 3 ans et la suppression du libre choix de l’instruction en famille, dont l’accès serait soumis à autorisation administrative, sur la base de quatre critères restrictifs.

Selon les informations recueillies par Le Figaro, le gouvernement a commandé un rapport au Conseil d’État, afin de vérifier la constitutionnalité de son projet de loi. Ce premier «projet d’avis», voté le 3 décembre 2020 à la section de l’administration du Conseil d’État, dit «rapport Bergeal» – du nom de Catherine Bergeal, présidente adjointe de cette section – concluait à l’inconstitutionnalité de cet article 21 et préconisait même sa suppression. Or, le passage concernant le fameux article 21 a sensiblement été réécrit dans la nuit du 3 au 4 décembre. Cette fois, il n’est plus question d’inconstitutionnalité, mais bien de donner des pistes au gouvernement pour rendre cet article constitutionnel.

Dans le premier « projet d’avis » voté le 3 décembre 2020, auquel Le Figaro a eu accès, voici la conclusion du Conseil d’État : «Il n’est pas établi, en particulier, que les motifs des parents relèveraient de manière significative d’une volonté de séparatisme social ou d’une contestation des valeurs de la République. Dans ces conditions, le passage d’un régime de liberté encadrée à un régime d’interdiction ne paraît pas suffisamment justifié et proportionné. Le Conseil d’État, par suite, écarte du projet les dispositions relatives à l’instruction au sein de la famille».

Source : liberteeducation.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Commentaire du CPDH

En matière de respect de la liberté de l'instruction, il y a de quoi se poser des questions : le Conseil d’Etat a-t-il subi des pressions de la part du gouvernement ou d’autres lobbies ? Dans tous les cas, nous restons mobilisés sur le sujet, avec les AFP notamment et le CPDH a écrit à tous les députés. Les libertés se réduisent de plus en plus dans notre pays et nous ne pouvons pas nous taire face à ce phénomène. L'article de "liberté éducation" est à lire absolument.

Newsletter hebdomadaire
Ne ratez aucune information. Recevez un seul e-mail avec toutes les actualités de la semaine.
Nous respectons vos données personnelles. Politique de confidentialité
Merci ! Votre inscription a bien été reçue.
Oups! Une erreur s'est produite. Si le problème persiste, contactez-nous.

Consulter les fiches repères

Le wokisme
Yoga ou sophrologie dans les écoles publiques. Est-ce autorisé ?
Les élections départementales
La liberté d'expression à l'école