Royaume Uni: comprendre l’affaire Archie Battersbee, 12 ans, sous assistance respiratoire

Royaume Uni: comprendre l’affaire Archie Battersbee, 12 ans, sous assistance respiratoire
Publié le
July 18, 2022

Royaume Uni: comprendre l’affaire Archie Battersbee, 12 ans, sous assistance respiratoire - L’histoire bouleverse le Royaume-Uni. Un jeune garçon de 12 ans, Archie Battersbee est sous assistance respiratoire depuis le mois d'avril et les parents refusent qu'il soit débranché contre l'avis des médecins. Les tribunaux viennent de donner raison aux médecins, et le débat bioéthique revient sur le devant de la scène.

C'est une histoire qui en rappelle d’autres et pose des questionnements bioéthiques, au-delà des frontières françaises. Archie Battersbee, 12 ans, a subi des lésions cérébrales traumatiques à la suite d’un incident survenu chez lui en avril. Depuis lors, les médecins et sa famille s’affrontent devant les tribunaux au sujet de son maintien en vie. Après une deuxième audience à la Haute Cour, un juge a décidé le 15 juillet que le traitement d’Archie devait être arrêté, une décision contre laquelle sa famille prévoit de faire appel.

Archie est décrit comme un « combattant né » par sa maman, Hollie Dance. Avant son accident, c’était un jeune garçon actif qui pratiquait les arts martiaux et la gymnastique. Un intérêt pour les arts martiaux qui a également suscité un intérêt pour le christianisme, il y a deux ans, après qu’il ait vu d’autres combattants prier avant les combats. Mais le 7 avril, sa mère le trouve inconscient à leur domicile de Southend, dans l’Essex. Il aurait participé à un « défi » sur internet, appelé « blackout », qui encourage les jeunes à s’étouffer au point de perdre connaissance. Après avoir été transféré au Royal London Hospital, dans l’est de Londres, géré par le Barts Health NHS Trust, les médecins ont dit à la famille d’Archie qu’ils pensaient que les lésions cérébrales étaient si importantes qu’il était peut-être en état de mort cérébrale.

Saisine de La Haute Cour de Londres

Les médecins ont alors demandé d’effectuer un test afin d’établir le diagnostic de mort encéphalique, mais la famille d’Archie a refusé de donner son accord, ce qui a conduit le groupe qui gère l’hôpital à saisir la Haute Cour de Londres pour obtenir l’autorisation d’effectuer ce test. Lors de plusieurs audiences successives, les avocats représentant le groupe ont demandé au juge de décider des mesures à prendre, dans l’intérêt supérieur d’Archie et de déterminer si le traitement de maintien en vie devait se poursuivre. À la fin d’une première audience du 13 juin dernier, le juge a décidé qu’Archie était mort le jour de son IRM, le 31 mai, et que son traitement de maintien en vie pouvait être arrêté.

Source : fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Commentaire du CPDH

C'est l'histoire d'une famille anglaise dont le jeune garçon de 12 ans a été retrouvé sans connaissance : il aurait participé à un « défi » sur internet, appelé « blackout », qui encourage les jeunes à s’étouffer au point de perdre connaissance. Et il s'ensuit un débat sur l'arrêt de la vie où la justice s'en mêle ! L'intérêt de cet article est à la fois de rappeler combien des jeux "à risque" peuvent conduire au drame et comment du jour au lendemain le maintien en vie d'un enfant peut devenir un sujet médiatique dont tout le monde se mêle.

Newsletter hebdomadaire
Ne ratez aucune information. Recevez un seul e-mail avec toutes les actualités de la semaine.
Nous respectons vos données personnelles. Politique de confidentialité
Merci ! Votre inscription a bien été reçue.
Oups! Une erreur s'est produite. Si le problème persiste, contactez-nous.

Consulter les fiches repères

Le wokisme
Yoga ou sophrologie dans les écoles publiques. Est-ce autorisé ?
Les élections départementales
La liberté d'expression à l'école